R.E.C.

Radio Esiea Club

1917

9 mars 2020


de Sam Mendes

Ces dernières années ont vues naître de nombreux films de guerre ou sur la guerre : Dunkerque, Midway, … . Chacun a apporté sa touche personnelle sur une période des deux grandes guerres et sur les choix de réalisation. 1917 s’inscrit dans cette perspective en choisissant deux soldats britanniques que l’on suit sur environ 24h. Cette nouvelle approche rend la relation spectateur-film beaucoup plus intime. Un des plus grands films de l’année !

L’intrigue n’est pas la partie importante du film mais attardons-nous ici tout de même quelques instants. En avril 1917, les troupes allemandes effectuent un repli stratégique que le Mackenzie, colonel du 2ème régiment des Devonshire, prend comme une fuite de la part des Allemands. Deux caporaux se voient alors attribuer une mission : traverser le no man’s land franchir les anciennes lignes ennemies et rejoindre le 2e des Devons avec ordre d’annuler l’attaque et de faire replier les troupes. Ce qui sauverait 1600 hommes d’une mort certaine.

Ce film nous raconte non pas les grandes lignes de la guerre et les stratèges à l’œuvre mais la vie des hommes, leurs lassitudes, leurs peurs, leurs amours, … . On leur demande d’aller au combat, de se replier, de réengager le combat, et ce sous un défilé d’obus, de corps et rats.

L’élément majeur du film reste tout de même le scénario et les choix de réalisation. Dès le début du film et ce jusqu’à la fin, alternent scènes d’action et scènes de repos, de joie, de liesse dans cet enfer. Cela rend le film rythmé, haletant et terrifiant. Certaines scènes sont accentuées et mises en relief par un arrêt prononcé.

La scène la plus marquante à mes yeux : un des caporaux debout au milieu de l’écran, à sa droite une bâtisse en flamme, à sa gauche une fontaine desséchée à l’aspect d’une croix.

Rédigé par Enzo Boukais

Retrouvez nous aussi sur... Fb Yt